Led Zeppelin enregistré en direct pour la première fois

Led Zeppelin enregistré en direct pour la première fois


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Dans un an, ils seraient gros. Mais le 30 décembre 1968, le quatuor de rockers britanniques se préparant pour leur cinquième concert aux États-Unis utilisait des radiateurs au propane pour se réchauffer et garder leur équipement au chaud en attendant de jouer la première partie de Vanilla Fudge lors d'un concert. dans un gymnase glacial d'université de l'État de Washington. Quelques fans de rock sérieux présents avaient au moins entendu parler du nouveau groupe formé autour de l'ancien guitariste des défunts Yardbirds, mais si ces fans connaissaient même le nom de ce nouveau groupe, ils ne l'auraient peut-être pas reconnu dans les publicités qui a couru dans le journal local. Le porte-parole-Revue de Spokane, Washington, a publié une publicité ce jour-là en 1968 pour un concert à l'Université de Gonzaga mettant en vedette "The Vanilla Fudge, avec Len Zefflin" - un concert dont un enregistrement pirate émergerait plus tard qui représente la toute première performance live de Led Zeppelin capturé sur bande.

À la fin de l'enregistrement désormais largement disponible connu sous le nom de Gonzague 68, on peut entendre Robert Plant se présenter lui-même et ses compagnons de groupe—John Paul Jones à la basse, Jimmy Page à la guitare et John Bonham à la batterie—sous des applaudissements. Mais certains de ceux qui étaient présents ce jour-là se souviennent de leur réaction comme étant plus forte. Dans un Porte-parole-Revue article publié 29 ans après la nuit en question, Bob Gallagher, un adolescent employé d'un magasin de disques à l'époque, a rappelé le numéro d'ouverture de l'émission : "Et tout le monde est allé, 'Putain de merde.'"

Il n'y a rien de brut ou de non-Led Zeppelin dans le son capturé par un étudiant inconnu de Gonzaga sur un petit magnétophone portable ce jour-là. Les Gonzague 68 bootleg présente le groupe interprétant des versions serrées et passionnantes de certaines chansons qui sont maintenant considérées comme des classiques mais qui étaient alors inconnues des personnes présentes. En effet, à mi-parcours du set, Robert Plant introduit un numéro comme suit : « Il s'agit d'un album qui sort dans environ trois semaines sur le label Atlantic. C'est appelé Led Zeppelin. C'est un morceau intitulé "Dazed and Confused".


Regardez le premier épisode de « L'histoire de Led Zeppelin »

La vidéo détaille l'enregistrement en 1968 du premier album monumental du groupe.

Led Zeppelin a publié l'épisode 1 de "History of Led Zeppelin", le premier d'une série de nouvelles célébrant l'histoire du groupe. Vous pouvez regarder la courte vidéo ci-dessus.

L'épisode 1 raconte l'histoire du jeune groupe entrant dans les studios olympiques de Londres en 1968 pour enregistrer leur premier album éponyme. Avec des images du groupe jouant en direct et une bande-son pour Led Zeppelin"Babe I'm Gonna Leave You", la vidéo raconte comment l'album a été autofinancé et achevé en 30 heures, pour la somme de seulement 1782 livres sterling.

« Le groupe n'était ensemble que depuis deux semaines et demie lorsque nous l'avons enregistré », explique Jimmy Page.

La nouvelle série est la dernière d'une gamme d'offres célébrant le 50e anniversaire de la sortie des débuts de Led Zeppelin en 1969, et suit des collections de musique uniquement numériques et un livre photo de 400 pages, entre autres produits. De plus, Page s'est associé à Fender pour recréer la Telecaster de 1959 (dans les itérations « Mirror » et « Dragon ») qu'il utilisait pour enregistrer Led Zeppelin.

"L'histoire de l'instrument est tout son parcours", a déclaré Page au moment de l'annonce. "De Jeff [Beck] l'ayant, à me le transmettre avec un si bon esprit. C'est beaucoup d'amour dans ce geste et son voyage à travers les Yardbirds et la façon dont il a été utilisé sur le premier album de Led Zeppelin, le voyage jusqu'ici aujourd'hui. Maintenant, il a retrouvé sa vraie beauté et nous avons en fait pu le cloner.


Swan Song : l'histoire secrète du chef-d'œuvre perdu de Led Zeppelin

Les sessions fertiles de l'album Physical Graffiti de Led Zeppelin ont produit un certain nombre de chansons marquantes, dont In My Time Of Dying et Kashmir. Et parmi eux se trouvait un autre morceau qui avait le potentiel d'être un classique de Zeppelin. Instrumental ambitieux et virtuose intitulé Swan Song, il a été esquissé et partiellement enregistré pendant les sessions de l'album mais, frustrant, n'a jamais été achevé - même si, comme beaucoup de ses idées, Jimmy Page ne l'a pas laissé reposer tout à fait.

Les graines de Chant du cygne ont été semées au début de 1974 lorsque Zeppelin s'est réuni pour commencer les travaux sur Graffiti physique à Headley Grange, la maison de travail du XVIIIe siècle dans le Hampshire où ils avaient enregistré leur quatrième album.

Le groupe avait traversé une crise l'automne précédent lorsque John Paul Jones avait annoncé qu'il en avait marre des tournées incessantes et qu'il prévoyait de quitter le groupe. Il a même suggéré, bien qu'avec sa langue fermement dans sa joue, qu'il envisageait de devenir chef de choeur à la cathédrale de Winchester. Il a fallu tous les efforts du manager Peter Grant pour l'en dissuader.

Mais au moment où les quatre membres du groupe se sont remis ensemble, ils tiraient à nouveau sur tous les cylindres. Réunis, ils ont commencé à mettre leurs idées en commun. &ldquoCertaines des pistes que nous avons assemblées à l'ancienne façon de parcourir une piste et de réaliser avant de le savoir que nous étions tombés sur quelque chose de complètement différent», se souvient Robert Plant.

En revanche, Page avait de grands projets pour une longue nouvelle piste qu'il appelait Chant du cygne. Le guitariste avait déjà préparé la pièce instrumentale dans son home studio à Plumpton Place, East Sussex. Même à ce stade précoce, sa vision était claire. Selon Page, il comportait & ldquo un certain nombre de sections et des overdubs orchestrés & rdquo.

Le morceau a été divisé en sections, dont deux ont été enregistrées fin février 1974 (et qui peuvent être entendues sur divers bootlegs Zeppelin et sur YouTube). La première partie s'ouvre sur la guitare acoustique à la dérive de Page, avant que la section rythmique John Paul Jones/John Bonham ne démarre avec la syncope au pied sûr qui caractérisait leur plus grand travail. Le deuxième segment commence avec Page à nouveau en tête, son riff descendant faisant allusion au potentiel majestueux de la chanson. De manière tentante, il révélera plus tard que cette épopée en attente ne serait pas nécessairement restée une piste purement instrumentale – il était prévu d'ajouter d'autres sections et même des paroles.

Alors pourquoi ont-ils laissé la pièce inachevée ? La simple vérité est que la créativité de Zeppelin était à un niveau record au cours de la Graffiti physique séances. Parallèlement, ils ont également travaillé sur Dix ans après, une autre longue piste qui incorporait une orchestration de guitare similaire. Face à une abondance de matériel de qualité, ils pouvaient se permettre de quitter Chant du cygne pour une autre fois. En conséquence, il était Dix ans après qui s'est terminé le Graffiti physique.

Mais le Chant du cygne l'histoire ne s'est pas arrêtée là. Zeppelin prévoyait de lancer son propre label et les rumeurs abondaient selon lesquelles il s'appellerait Shag ou Slut Records – une référence obscène à leurs pitreries notoires sur la route. Au lieu de cela, lors d'une réception de presse à New York le 7 mai 1974, il a été annoncé que le nouveau label s'appellerait Chant du cygne, après leur chanson inachevée. &ldquoJ'étais en train d'enregistrer ce long instrumental et quelqu'un a crié : &lsquo Quel est le titre ?'&rdquo a révélé Page. &ldquoJ'ai crié : &lsquoChant du cygne'. Et tout le monde s'est arrêté et a dit que ce serait un bon nom pour l'album. De là, il est devenu le nom de notre label.&rdquo

Jamais du genre à abandonner une bonne idée, Page a parlé de revenir à la chanson incomplète pour la terminer. « J'ai déjà parlé d'un long morceau que j'avais écrit », a-t-il déclaré en 1976. « Je voulais orchestrer la guitare et lui faire subir divers traitements. L'idée de départ était d'avoir quatre sections revenant sur le même thème à chaque fois. Il y aurait quatre lignes mélodiques distinctes traitant des saisons. Robert fera les paroles. Je sais que je peux tout régler à partir des essais que j'ai effectués. C'est une perspective vraiment excitante.&rdquo

La page a continué à incorporer des éléments de Chant du cygne dans sa pièce d'improvisation en direct Blanc Eté/Noir Côté Montagne lors de la tournée de Zeppelin en 1977. Il réapparaîtra lors des concerts du groupe à Knebworth en 1979, et même jusqu'à leur dernière tournée européenne, en 1980. Si Zeppelin n'avait pas été dissous après la mort de John Bonham le 25 septembre 1980, il y avait toutes les chances que Page serait revenu travailler sur la chanson en studio.

Mais même cela n'était pas la fin de son grand opus perdu. La première apparition majeure de Page après la dissolution de Zeppelin a eu lieu dans le cadre d'une tournée américaine de neuf dates en 1983 au profit de l'association caritative ARMS pour aider l'ancien bassiste de Small Faces, atteint de sclérose en plaques, Ronnie Lane. Avec Paul Rodgers au chant, Page a interprété une longue chanson intitulée Oiseau sur une aile, qui comportait des structures d'accords qui remontaient clairement à Chant du cygne.

Au moment où Page et Rodgers ont formé leur supergroupe de blues-rock The Firm, il avait été revisité une fois de plus. &ldquoIl a été retravaillé avec Paul Rodgers, qui a fourni des paroles inspirées, et il est devenu Clair de lune de minuit», a déclaré Page, faisant référence à la chanson qui a clôturé l'album éponyme de The Firm en 85.

Aujourd'hui, Chant du cygne est passé dans la légende de Zep comme l'un des grands chefs-d'œuvre perdus du groupe – même s'il a, de manière alléchante, filtré dans l'éther sous diverses incarnations. Comme avec d'autres trésors Zep inachevés tels que Maman en sucre et Feu, il est difficile de ne pas se demander à quel point Chant du cygne serait devenu s'ils l'avaient réellement terminé.


Led Zeppelin enregistré en direct pour la première fois - HISTOIRE

L'apparition de Led Zeppelin à la télévision danoise en 1969 est l'une des les moments classiques de l'histoire de la musique rock. C'était la deuxième fois de Zeppelin à la télévision mais leur très premier jouer un ensemble complet de chansons en direct devant un public de studio - qu'ils avaient précédemment synchronisé sur les lèvres à “Communication Breakdown” pour la télévision suédoise.

Ce qui est surprenant en regardant ce superbe concert, c'est le manque de réponse du public à la performance à pleine charge de Zeppelin. Ils sont assis à écouter attentivement, montrant peu d'enthousiasme pour ce qu'ils entendent. Pour le guitariste Jimmy Page, ce genre d'apathie faisait partie de l'attrait du lancement de son groupe nouvellement formé en Scandinavie :

Ils n'acclament pas trop follement là-bas, tu sais ? Nous avions vraiment peur, car nous n'avions qu'une quinzaine d'heures pour pratiquer ensemble. C'était une sorte de concert expérimental pour voir si nous étions bons. J'imagine.



Une publicité pour le premier concert de Zeppelin en tant que "The Yardbirds med Jimmy Page" en 1968.

Zeppelin est apparu pour la première fois sous le nom de The Yardbirds avec Jimmy Page au Gladsaxe Teen Club au Danemark le 7 septembre 1968. Ils ont développé leurs prouesses en faisant des tournées au Danemark et en Suède au cours des mois suivants. Cependant, tout le monde n'était pas convaincu de ce nouveau groupe, comme l'a noté un critique suédois de leurs premiers concerts à l'Inside Club de Stockholm :

Il y a eu des hauts et des bas pour les Yardbirds. Il y a quelques années, ils étaient au top. Pendant un certain temps, beaucoup de gens pensaient que les Yardbirds dirigeraient le développement de la pop anglaise, mais leurs efforts n'ont mené nulle part.

Les membres ont changé et les Yardbirds actuellement en tournée en Suède ont très peu de points communs avec le line-up d'origine. Il n'y a pas que le line-up qui a changé. Le style de musique est différent, tout comme la qualité - seul le nom est le même.

Vendredi soir, ils ont joué à l'intérieur. Ils étaient si bruyants que ça faisait presque mal. Parfois, jouer fort a un rôle important dans la pop, mais ici, ce n'était qu'un effet superficiel.

Cet examinateur était sans doute bientôt en train de reconsidérer son opinion en tant que Yardbirds avec Jimmy Page est devenu mieux connu sous le nom de Led Zeppelin—les plus grand groupe de rock des années 1970.

Enregistré aux Danmarks Radio Studios, au Danemark pour TV Byen/Denmark Broadcasting Corporation le 17 mars 1969, Led Zeppelin a déchiré une étonnante setlist de leurs premiers favoris : « Communication Breakdown », « Dazed and Confused », « Babe I'm Gonna Vous quitter » et « Combien de fois. »


Comment Roger Daltrey a réagi en voyant Led Zeppelin en direct pour la première fois

Il n'y a pas d'amour perdu entre les membres de The Who, avec Roger Daltrey et Pete Townshend en désaccord sur pratiquement tout ce qu'il y a à discuter. Qu'il s'agisse d'arguments politiques, d'opinions sur les chansons de The Who, ou même de leurs points de vue contrastés sur Led Zeppelin, les deux ne sont pas d'accord. Townshend a été cinglant à plusieurs reprises à propos du Zep, tandis que Daltrey n'a que de bons souvenirs à partager de son temps sur la route avec le groupe.

En 2019, Townshend parlait au Toronto Sun, et il a parlé de la croissance du son de son groupe au fil des décennies. Au lieu de répondre directement à la question, Townshend a vu cela comme l'occasion idéale de se faufiler dans un jab à Zeppelin : « Cela ne ressemble pas à The Who de ces premières années de heavy metal. Nous avons en quelque sorte inventé le heavy metal avec (notre premier album live) Live at Leeds (1970). Nous avons été copiés par tellement de groupes, principalement par Led Zeppelin, vous savez une batterie lourde, une basse lourde, une guitare solo lourde », a déclaré Townshend après avoir lâché sa langue cinglante.

En 1995, Townshend était bien plus tranchant avec le quatuor qui a battu tous les records : « Je n'aime pas une seule chose qu'ils aient faite, je déteste le fait que je sois toujours un peu comparé à eux. Je ne les ai jamais aimés. C'est un vrai problème pour moi car en tant que personnes, je pense que ce sont des gars vraiment géniaux. Je n'ai tout simplement jamais aimé le groupe », a-t-il déclaré avec condescendance.

Les Who ont sorti leur premier album en 1965 et se sont imposés comme l'un des groupes les plus en vue au monde au moment où Led Zeppelin a fait irruption sur la scène à la fin de la décennie. Bien que les deux soient des piliers clés de l'histoire de la scène musicale londonienne, The Who était diplômé des clubs de la capitale au moment où Zep s'était formé. Aux États-Unis, Zeppelin a soutenu son groupe, Daltrey deviendrait hypnotisé par leur spectacle sauvage.

Daltrey regardait depuis le côté de la scène, surpris par leur éclat. Il a ensuite déclaré à Classic Rock : « Quand Led Zeppelin est sorti pour la première fois, j'ai pensé qu'ils étaient fantastiques. Ils nous ont soutenus lors de l'un de leurs premiers concerts aux États-Unis. Je pensais qu'ils étaient brillants.

« Tout au long de notre histoire, nous avions l'habitude de faire des tas de concerts avec Hendrix et Cream, cette formule à trois groupes et un chanteur », a poursuivi Daltrey. «Nous étions bien éduqués dans ce domaine, mais Zeppelin l'a amené à un autre niveau. Il y avait un pouvoir là-bas. Ils étaient comme Cream, mais avec beaucoup plus de poids. Jack Bruce of Cream était vraiment un chanteur de jazz et de blues, mais Robert savait faire du rock.

"Tout d'un coup, il y avait une nouvelle forme de musique", a ajouté Daltrey. « La scène musicale commençait à être un peu fatiguée. Même Hendrix commençait alors à se fatiguer, se tournant vers le jazz. Zeppelin l'a régénéré.

Si vous pensiez que l'évaluation de Daltrey sur Led Zeppelin ne pouvait pas être plus élevée, détrompez-vous. Lors de l'émission BBC Radio 2 de Johnnie Walker en 2019, Daltrey est allé jusqu'à nommer Robert Plant son dieu du rock. Expliquant sa décision, le chanteur de The Who a déclaré: "Eh bien, j'étais ami avec Jimmy Page dans les années 60, je les connaissais depuis les toutes premières années. C'est Keith (Moon) qui a trouvé le nom de Led Zeppelin. Je suis devenu de très bons amis avec Robert Plant, et nous le sommes toujours aujourd'hui. Ils nous ont soutenu sur l'un de leurs premiers concerts américains à Washington ou à Baltimore. Je sais que c'était le Maryland.

Même si son souvenir de l'emplacement de l'émission est flou, son souvenir de la performance de Led Zeppelin est limpide car il a laissé une empreinte dans son esprit pendant plus d'un demi-siècle. Daltrey a ensuite poursuivi son adoration pour Plant, "J'aime aussi ses trucs en solo", a-t-il ajouté. « Il explore toujours. J'aime les influences africaines sur la musique qu'il fait en solo. Il n'est jamais ennuyeux, c'est ce que j'aime chez Robert. Il a un courage incroyable, Robert. Je sais que beaucoup de gens disent : "Il t'a copié, tu avais de longs cheveux bouclés, puis il vient avec de longs cheveux bouclés". Non, il ne l'a pas fait, Robert était Robert, et j'aurais juste aimé pouvoir être aussi grand », a ajouté Daltrey avec autodérision.

Le renvoi par Daltrey de Led Zeppelin copiant The Who est une fouille magnifiquement voilée à Townshend, mais, à part cela, les pensées du chanteur sont aussi authentiques que possible. Il convient également de noter que les débuts de Led Zeppelin étaient sortis avant Vivre à Leeds, ce qui prouve encore que l'album n'a pas été le catalyseur de la découverte de leur style par Robert Plant, Jimmy Page, John Bonham, John Paul Jones.

Au moins, Daltrey peut apprécier diplomatiquement la grandeur de Led Zeppelin pour ce qu'il est et admirer l'éclat qu'ils ont créé en tant que quatre pièces, ce qui en fait un changement rafraîchissant.


Led Zeppelin partage le premier épisode d'une nouvelle série de vidéos d'histoire pour son 50e anniversaire [Regarder]

Led Zeppelin continue d'offrir des cadeaux à sa légion de fans alors que les célébrations du 50e anniversaire du célèbre groupe de rock britannique se poursuivent en 2019. Mercredi, Zeppelin a partagé une brève vidéo dans le cadre de sa nouvelle série "Led Zeppelin History", qui présentera un mélange de histoires courtes célébrant le voyage du groupe qui a commencé en 1968.

Le premier épisode, d'une durée gérable de 1h07, raconte l'histoire de la première fois de Zeppelin dans un studio d'enregistrement ensemble en septembre 1968, lorsqu'ils sont entrés à Londres. Studios Olympiques pour enregistrer le matériel de ce qui finirait sur leur premier album de 1969. Les téléspectateurs ont droit à un mélange granuleux de séquences animées et d'archives en direct du groupe pendant que "Babe I'm Gonna Leave You" joue tout au long.

Au fur et à mesure que la vidéo continue, un mélange de citations et de faits sur cette époque de l'histoire du groupe apparaît à l'écran pour informer les fans de ce qui s'est passé au cours des premières années de Zeppelin.

« Le groupe n'était ensemble que depuis deux semaines et demie lorsque nous l'avons enregistré », le guitariste jimmy Page est cité en train de parler de leur première fois en studio ensemble dans la vidéo. « Nous avons délibérément cherché à déposer ce que nous pouvions reproduire sur scène. »

Bassiste/claviériste Jean-Paul Jones a également ajouté: "Nous avons fait [l'album] en 15 heures environ avec 15 autres pour le mixage, donc c'était environ 30 heures en tout."

Les fans peuvent regarder le premier épisode de la série via la vidéo ci-dessous pour en savoir plus sur le premier chapitre du puissant Led Zeppelin.

Led Zeppelin - Histoire de Led Zeppelin (Episode 1)

Récemment, le groupe a fêté son 50e anniversaire en rééditant son album de 1976 La chanson reste la même album live, a publié un livre d'histoire rempli de nombreuses photographies inédites et même sorti de la musique sous forme de single vinyle pour le Record Store Day de l'année dernière.


Led Zeppelin : une brève histoire

Led Zeppelin s'est formé en tant que « supergroupe » en 1968, créé par l'ancien Oiseaux de jardin guitariste jimmy Page. Ils devaient à l'origine s'appeler Les nouveaux oiseaux de jardin jusqu'au batteur des Who Keith Lune remarqua qu'ils tomberaient comme un “lead zeppelin”.

Pagele premier choix de chanteur, Terry Reid, a décliné l'offre mais a recommandé Robert Plante, qui à son tour a encordé son compagnon John Bonham à la batterie. Quand le bassiste Chris Dreja s'est retiré du projet pour devenir photographe, il a suggéré à son compagnon Jean-Paul Jones, et le line-up était complet.

Les quatre premiers albums du groupe – ‘Led Zeppelin’, ‘Led Zeppelin II’, « Led Zeppelin III » et « IV (quatre symboles) » – sont tous considérés comme des classiques du rock, mélangeant des influences blues, folk et orientales et les rendant de plus en plus énormes, en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni. Le groupe et leur manager, Pierre Grant, a maintenu une position pro-album agressive - bien que certains singles soient sortis sans leur consentement.

Le groupe a également de plus en plus résisté aux apparitions à la télévision, renforçant leur préférence pour que leurs fans les entendent et les voient en direct. Cela leur a permis de devenir un énorme tirage en direct.

En plus de leur musique, le groupe est devenu célèbre pour ses excès en coulisses, comme indiqué dans Steven Davis’ autobiographie non autorisée ‘Marteau des dieux’. En plus de toutes les choses habituelles, telles que la consommation de drogue et les téléviseurs jetés par les fenêtres, il y avait des épisodes plus sombres, tels que le tristement célèbre "incident des requins", expliqué plus loin ici.

Entre 1971 et 1975, Led Zeppelin pouvait à juste titre prétendre être le plus grand groupe du monde et le premier tirage en direct au monde. Autres albums – ‘Houses Of The Holy’ et le double ‘Graffiti physique’ (largement considéré comme leur meilleur) a cimenté leur succès.

Entre 1976 et 1980, les choses se sont assombries pour le Zep. Bien que des albums tels que 'Présence' et « Entrer par la porte extérieure » des hangars encore vendus, Robert Plante a été grièvement blessé dans un accident de voiture, et son bébé Kai est mort d'une infection pulmonaire. jimmy Page barbotait avec de l'héroïne, et John Bonham était alcoolique. La fin est venue en septembre 1980, quand Bonham décédé à PageMaison de 32 ans après s'être étouffé par son propre vomi à la suite d'une consommation excessive d'alcool.

Il y a eu de brèves observations depuis - Aide en direct en 1985 et un Records de l'Atlantique fête d'anniversaire en 1988 - mais si les rumeurs sont vraies, ce sera la première réunion complète en 27 ans.

Avec des chansons comme ‘Chien Noir’, ‘Rupture de communication’, ‘Étourdi et confus’, ‘Bon, temps, mauvais temps’, ‘Rock And Roll’, ‘Brise-cœur’, ‘Cachemire’ et l'omniprésent 'Stairway to Heaven' toujours très populaire après toutes ces années, et avec un 'Meilleur de' prévue en novembre, la réunion proposée serait sans aucun doute un succès fou.


Led Zeppelin

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Led Zeppelin, groupe de rock britannique extrêmement populaire dans les années 1970. Bien que leur style musical soit diversifié, ils sont devenus bien connus pour leur influence sur le développement du heavy metal. Les membres étaient Jimmy Page (né le 9 janvier 1944, Heston, Middlesex, Angleterre), Robert Plant (né le 20 août 1948, West Bromwich, West Midlands), John Paul Jones (nom d'origine John Baldwin né le 3 janvier 1946, Sidcup, Kent) et John Bonham (né le 31 mai 1948, Redditch, Hereford et Worcester – décédé le 25 septembre 1980, Windsor, Berkshire).

Initialement appelé les New Yardbirds, Led Zeppelin a été formé en 1968 par Jimmy Page, le dernier guitariste principal du légendaire groupe de blues britannique The Yardbirds. Le bassiste et claviériste Jones, comme Page, était un musicien de studio vétéran, le chanteur Plant et le batteur Bonham venaient de groupes provinciaux peu connus. Le groupe a été influencé par divers types de musique, notamment le rock and roll primitif, le rock psychédélique, le blues, le folk, la musique celtique, indienne et arabe. Bien que la musique acoustique et folklorique fasse partie du répertoire du groupe depuis sa création, c'est le style électrique lourd, fort, brut et puissant qui leur a valu leur popularité et leur notoriété dès le début de leurs deux premiers albums. qui a incité Led Zeppelin à être catégorisé comme précurseur du heavy metal. La lourdeur de chansons telles que "Dazed and Confused" et "Whole Lotta Love" a été créée par l'énorme son de batterie de Bonham et par les techniques de production de Page, dans lesquelles il a mis l'accent sur la batterie et la basse, ce qui a donné un espace sonore qui a gardé les disques frais. ans après leur fabrication. Page et Jones ont également écrit la plupart de la musique du groupe, tandis que Plant a contribué aux paroles et à quelques idées musicales. Bien que Page était responsable de la majorité de leurs riffs de signature (les idées musicales courtes et répétées qui structurent souvent une chanson), Jones a écrit le riff du célèbre « Black Dog » et plusieurs autres chansons. Jones a également beaucoup contribué à l'arrangement des chansons. Les solos de guitare de Page étaient principalement basés sur des idées mélodiques dérivées de la gamme blues ("Heartbreaker" est un bon exemple), et il est particulièrement connu pour avoir créé plusieurs parties de guitare simultanées - une sorte d'orchestre de guitares - dans des chansons telles que "Achilles Last Stand" et "La chanson reste la même". Page est considéré comme l'un des héros de la guitare du rock, mais, parce qu'il était plus intéressé à créer une ambiance et un son distinctifs sur un enregistrement qu'à afficher sa virtuosité, il a souvent choisi de ne pas inclure de solo de guitare dans les chansons de Zeppelin.

La voix de Plant complétait le son de Led Zeppelin. En exagérant le style vocal et la palette expressive de chanteurs de blues tels que Howlin' Wolf et Muddy Waters, Plant a créé le son qui a défini la plupart des chants de hard rock et de heavy metal : une gamme haute, une abondance de distorsion, un volume élevé et un excès émotionnel ( « Whole Lotta Love » en est un exemple classique). Plant était cependant capable d'une gamme stylistique plus large, y compris de tendres ballades ("The Rain Song") et des chansons montrant l'influence des styles vocaux indiens et arabes ("Kashmir").

La chanson la plus connue de Led Zeppelin est « Stairway to Heaven », son doux début acoustique se transforme finalement en un point culminant exaltant avec un long solo de guitare électrique. Cette combinaison de sections acoustiques et électriques était typique de Page, qui, dès le début du groupe, s'intéressait à la juxtaposition de ce qu'il appelait "lumière et ombre". La chanson est apparue sur le quatrième et le plus célèbre album du groupe, sorti sans titre, qui ne montrait que quatre symboles runiques (destinés à représenter les membres du groupe) sur la couverture et les paroles mystiques et mythologiques de "Stairway" étaient imprimées sur la pochette intérieure. Le sens du mystère et du rituel que cela a créé est devenu une partie importante de l'image du groupe. Ils ont gardé leurs distances avec la presse et n'étaient pas intéressés par le marché des célibataires. De plus, "Stairway" et plusieurs autres chansons étaient d'une longueur épique par rapport aux standards du rock, et les improvisations de concerts ont étiré certaines chansons pour tripler la longueur de leurs versions studio.

Grâce en partie à leur manager, Peter Grant, le groupe a connu un succès commercial phénoménal tout au long des années 1970. Alors que Led Zeppelin n'a jamais reçu le genre d'acclamation critique ou d'acceptation générale accordée aux Beatles ou aux Rolling Stones, leur influence sur la musique rock a été prodigieuse. Ils sont régulièrement cités comme les ancêtres du hard rock et du heavy metal. Leur son a été imité par des groupes de Black Sabbath à Nirvana. Ils ont également inspiré des groupes de hard rock à inclure des éléments acoustiques dans leur musique et ont été parmi les premiers à expérimenter la musique indienne et nord-africaine. Le style de Page, à la fois ses solos et ses riffs, a servi de modèle important à la plupart des guitaristes de rock, et Bonham est souvent cité comme le modèle de la batterie métal ou hard rock.

Led Zeppelin s'est dissous en 1980 après la mort accidentelle de Bonham. Le groupe s'est reformé pour de courtes performances ponctuelles en 1985 (bénéfice Live Aid), 1988 (concert du 40e anniversaire d'Atlantic Records) et 1995 (intronisation du groupe au Rock and Roll Hall of Fame). Le concert à part entière du groupe à Londres en décembre 2007 en l'honneur du cofondateur d'Atlantic Ahmet Ertegun, auquel le fils de Bonham, Jason, jouait de la batterie, a été beaucoup plus marquant. Bien que la Recording Academy ait honoré Led Zeppelin d'un prix pour l'ensemble de ses réalisations en 2005, le groupe a reçu son premier Grammy Award en 2014 pour Jour de fête (2012), un album live dérivé du spectacle de la réunion de 2007. En 2012, Led Zeppelin a été nommé lauréat du Kennedy Center.


Lames de gloire 28 octobre 2015

Russell, le créateur 28 octobre 2015

30 pour 30 courts métrages : tous les jours 28 octobre 2015

Les 15 plus grands jeux de l'histoire du baseball 27 octobre 2015

Les rires, le pathos et le talent écrasant de Jan Hooks 20 octobre 2015

Sommet Histoires

Le poids du label provisoire

Aperçu des World Series : cinq questions pour les jeux trois et quatre

50 scènes qui n'apparaissent pas dans la renaissance de ‘X-Files’

&copier 2021 ESPN Internet Ventures. Tous les droits sont réservés. Annonces basées sur les centres d'intérêt. Politique relative aux cookies.


Comment Led Zeppelin est né

Découvrez comment Jimmy Page a recruté les autres membres de Led Zeppelin et ce qui a conduit à leur premier spectacle en 1968 sous le nom des New Yardbirds.

Le 7 septembre 1968, Led Zeppelin a joué son premier spectacle en direct dans, de tous les lieux, un gymnase reconverti à Gladsaxe, au Danemark. Ils n'étaient pas encore affichés sous leur nom qui sera bientôt mondialement connu, mais se produisaient plutôt sous le couvert des New Yardbirds, une relance des blues rockers britanniques d'Invasion qui avaient implosé quelques mois auparavant. La seule quantité connue parmi cette nouvelle formation était le guitariste Jimmy Page, qui a financé la tournée à travers la Scandinavie de sa propre poche, mais cela suffisait à attirer une jeune foule dans la salle, connue sous le nom de Teen Club. « Leur performance et leur musique étaient absolument irréprochables », a écrit le critique local Bent Larsen dans le bulletin mensuel du lieu, « et la musique a continué à sonner bien dans les oreilles pendant un certain temps après que les rideaux aient été tirés après leur spectacle .”

Voir également

Flash-back : Frances McDormand grince des dents à 'Stairway to Heaven' dans la scène supprimée 'Almost Famous'
Comment Led Zeppelin, Pink Floyd et Jethro Tull ont aidé à créer 'Monty Python et le Saint Graal'

Voir également

20 classiques de Bob Dylan négligés
4 façons dont les propriétaires de sites peuvent se connecter avec le public pendant la pandémie

En ce qui concerne les concerts, ce spectacle, qui présentait plusieurs chansons qui apparaîtraient finalement sur le premier album du groupe, comme &ldquoCommunication Breakdown,&rdquo &ldquoDazed And Confused&rdquo et &ldquoYou Shook Me&rdquo pâlit par rapport aux marathons qu'ils entreprendraient à le Forum à Los Angeles ou Earls Court en dehors de Londres dans les années à venir, mais l'importance de l'occasion peut être surestimée. C'était la première étape de Zeppelin dans son ascension au sommet du rock & rsquos Olympus, et Jimmy Page mérite une grande partie du crédit pour l'avoir rendu possible.

Au printemps 1968, Page était à la croisée des chemins. L'as de la guitare de session très vanté était une fois de plus un homme sans groupe. Il a passé les deux dernières années environ à jouer dans les Yardbirds, d'abord en tant que fleuret à double tête de son ami d'enfance Jeff Beck, puis en tant que point focal du groupe lorsque Beck a décidé de se séparer au milieu d'une tournée américaine. Après une autre course rapide à travers les États-Unis, le groupe a soudainement et sans cérémonie appelé le jour où les différents membres du groupe ont décidé qu'ils voulaient poursuivre d'autres avenues artistiques.

Page était naturellement déçu, mais il avait une idée de la façon dont il voulait procéder. Bien que le guitariste soit passé de l'anonymat complet à Londres, de nombreux studios d'enregistrement travaillant avec certaines des plus grandes stars de la pop et du rock du début des années 60 à jouer des concerts en sueur dans des universités et des clubs de l'autre côté de l'étang aux États-Unis étaient passionnants, mais Page s'est également senti étouffé. par les impulsions créatives du manager et producteur des Yardbirds&rsquo Mickie Most.

Most était un disciple strict de la chanson pop de trois minutes, et il a donné un coup de tête à Page, qui prenait note de ce que les Beatles, les Rolling Stones, Cream et Jimi Hendrix faisaient avec le format de l'album et voulait le reproduire avec son bande. Page a été particulièrement inspiré par une session d'enregistrement qu'il a supervisée avec Beck en mai 1966 et qui a produit la chanson &ldquoBeck&rsquos Bolero.&rdquo &ldquo Le groupe était composé de John Paul Jones à la basse, Keith Moon, Nicky Hopkins au piano, et moi-même et Jeff à la guitare,&# 8221, a-t-il déclaré à David Fricke en 2012. “ Cette séance était absolument magnifique, comme une force de la nature. Keith was having troubles in the Who. He&rsquos going, &lsquoWe should form a band with this.&rsquo&rdquo While they were passing around ideas about what they might call themselves, Moon came up with a tongue-in-cheek idea. &ldquoWe can call it Led Zeppelin,&rsquo&rdquo Page remembered the drummer saying. &ldquo’Because it can only go down, like a lead balloon.&rsquo I thought it was a great name, and I didn&rsquot forget it.&rdquo

Beyond his talent, reputation and wealth of experience, Page also had a secret weapon. Peter Grant was a 300-pound former professional wrestler and business partner of Most, who&rsquod taken over the Yardbirds&rsquo day-to-day management in their final years. With that band kaput, Grant recognized that his best chances for success in the industry would lie with the slight young guitarist with the long black hair. His devotion to Page during the next 12 years would be total, and as the guitarist began to think about forming a new band, he knew he could rely on Grant to secure the requisite recording contract and help him conquer America, which they both recognized as rock’s next great frontier.

The first order of business was to find a singer. The Small Faces&rsquo Steve Marriott was a leading contender, but his manager put the kibosh on that idea, threatening bodily harm to Page if he pursued him any further. Terry Reid, the former singer of the Jaywalkers, and another Mickie Most disciple, was another contender who begged off, but not before recommending a 19-year-old up-and-comer from the Midlands named Robert Plant, who was then fronting a group named Hobstweedle. Page and Grant made the trek north to watch this prospect for themselves.

&ldquo[They] were playing at a teacher&rsquos training college outside of Birmingham to an audience of about twelve people,&rdquo Page recalled in the Led Zeppelin oral history Trampled Underfoot. &ldquoRobert was fantastic and having heard him that night and having listened to a demo he had given me, I realized that without a doubt his voice had an exceptional and very distinctive quality.&rdquo

All that was left was to see if this leonine wailer could get on board with the direction Page wanted to go. Page invited Plant to his boathouse on the Thames, and they spent the afternoon talking about music and playing records. In a serendipitous moment, they put on Joan Baez&rsquos &ldquoBabe I&rsquom Gonna Leave You,&rdquo and excitedly talked about how they could rearrange the song and blow it out. (The cover would appear on the band’s 1969 debut.) Plant was definitely in, but little did Page know at the time that the singer also came with an added bonus.

&ldquoI got so enthusiastic after staying down there for a week, I hitched back from Oxford and chased after John, got him on the side and said, &lsquoMate, you&rsquove got to join the Yardbirds,&rsquo&rdquo Plant said in Trampled Underfoot. &ldquoI had nothing to convince him with except a name that had got lost in American pop history.&rdquo

The John in question was drummer John Bonham, a lifelong friend and on-and-off bandmate of Plant&rsquos. Bonham was another veritable nobody in the London scene, but Page was taken with his bombastic style from the minute he heard him play. The only catch was, Bonham was currently backing the singer Tim Rose, and making a decent wage out of it too. His wife Pat wasn&rsquot too eager for him to go off on another adventure with Plant either, which made the proposition a tough sell all around. Finally, Grant and Page upped their salary offer, and convinced Bonham to come aboard.

The final piece of the puzzle was to find the right bass player. Fortunately for Page, one of the best in the world fell right into his lap. &ldquo I answered a classified ad in Melody Maker,&rdquo John Paul Jones told Cameron Crowe in 1975 . &ldquoMy wife made me.&rdquo While he&rsquos being a bit flip about the Melody Maker bit, it&rsquos true that John Paul Jones caught wind of what Page was doing, and at the prodding of his wife made the call to get in on it. For the guitarist, who knew and worked with Jones back in his session-player days, the decision to take him up on the offer was a no-brainer. Right off the bat he recognized he&rsquod have a steady hand to help him in the studio, and as the years would show, one of the most dynamic multi-instrumental utility players and arrangers in rock history to help realize his grandest musical ideas.

The four men who would comprise Led Zeppelin came together for the first time in a small basement in Gerrard Street in London on August 12th, 1968. It didn&rsquot take very long for everyone to realize they had something special on their hands. &ldquoWe got together in this small rehearsal room and just played &lsquoTrain Kept a-Rollin&rsquo&rsquo which was a number I used to do with the Yardbirds, and I think Robert knew it,&rdquo Page said in 1990 . &ldquoAt the end of it we knew that it was really happening, really electrifying. Exciting is the word. We went on from there to start rehearsing for the album.&rdquo

While they continued to rehearse for their upcoming two-week live run through Scandinavia, an interesting opportunity came up . Texas-born pop singer P.J. Proby was working on his next album and had booked John Paul Jones for the sessions weeks earlier. Rather than cancel, Jones decided to bring along the rest of his bandmates to help work on the record. Page was particularly predisposed to lending a hand, having previously worked in the studio with Proby in 1964 on the eccentric singer&rsquos Number Three U.K. hit &ldquoHold Me.&rdquo Thus, the first recordings ever of Led Zeppelin in full flight can be heard not on their own full-length debut, but on Proby&rsquos 1969 album Three Week Hero .

Less than a week later, Plant, Page, Bonham and Jones took off for that first gig in Gladsaxe. &ldquoJimmy Page … has made a great job with the three new men,” Bent Larsen wrote in his review. “They really succeeded.&rdquo Larsen closed his write-up with what in hindsight looks like a hilariously massive understatement: &ldquoWe can therefore conclude that the new Yardbirds are at least as good as the old ones were.”

&ldquoI remember everything about that first show ,&rdquo Grant said in a 1990 interview . It was so &hellip exciting! Just to be part of it was fantastic. There was never a thought of, God, this is going to sell X amount of records. I thought it could be the best band ever.&rdquo

Zeppelin played another gig in Denmark the next night, hit Sweden a few days later, and finished up the short tour on September 24th in Oslo, Norway. &ldquoEverything was fitting together into a trademark for us,&rdquo Plant told Cameron Crowe in 1975 of that early foray. &ldquoWe were learning what got us off most and what got people off most, and what we knew got more people back to the hotel after the gig.&rdquo

There was hardly time to take a breath when they got back to London however. Page wanted to get Zeppelin into the studio quickly to cut their new record so he could shop the tapes around to several labels. &ldquoI wanted artistic control in a vise grip, because I knew exactly what I wanted to do with the band. In fact, I financed and completely recorded the first album before going to Atlantic,&rdquo he told Brad Tolinski in the book Conversations With Jimmy Page.

&ldquoIt wasn&rsquot your typical story where you get an advance to make an album,&rdquo he added. &ldquoWe arrived at Atlantic with tapes in hand. The other advantage to having such a clear vision of what I wanted the band to be was that it kept recording costs to a minimum. We recorded the whole first album in a matter of thirty hours. That&rsquos the truth. I know, because I paid the bill.&rdquo The reported cost for the sessions came out to be somewhere around £1,782. Atlantic ultimately cut them a check for $200,000 to sign them. It was, at the time, the biggest advance ever given to a rock group in music history.

The rest, as they say, is history. Led Zeppelin dropped in January 1969, while they band was in the midst of their first tour of America. It became a runaway success, selling millions of copies, and solidifying them as the dominant group in the decade to come. Page&rsquos gamble had paid off.

&ldquoSo many people are frightened to take a chance in life and there’s so many chances you have to take,&rdquo the guitarist told Crowe at the height of Zeppelin&rsquos commercial and cultural zenith. &ldquoI’m attracted by the unknown, but I take precautions. I don’t go walking into things blind.&rdquo


Related items

Led Zeppelin

Led Zeppelin were an English rock band formed in London in 1968 & considered one of the most innovative & influential rock bands in history.

Led Zeppelin

I had the good fortune to be present the first time Led Zeppelin (The New Yardbirds at the time) performed before an audience in Copenhagen.

Led Zeppelin

In the midst of colourful stage lights, a silvery sheen fell on his face turning him - in my Mexican eye - into an Aztec warrior.

Led Zeppelin

Led Zeppelin, backstage with manager Peter Grant at Knebworth House, Hertfordshire, England, in August 1979.

Led Zeppelin

Robert Plant onstage at the Auditorio Nacional, Mexico City, Mexico during his Fate of Nations Tour in January 1994

Led Zeppelin

Robert Plant & Jimmy Page performing in New York City in 1977, their eleventh & final concert tour of North America by the English rock band

Led Zeppelin

Q Magazine’s picture editor says "Live rock photos don’t get any cooler than Jorgen’s timeless shot of Jimmy Page.

Led Zeppelin

Robert Plant onstage the second night of Led Zeppelin's classic five night stint at the Earl's Court Arena in 1975

Led Zeppelin

Jimmy Page onstage at Led Zeppelin's legendary Earls Court Arena concerts in 1975

Led Zeppelin

Led Zeppelin performing onstage at their legendary Earl's Court Arena concerts in May 1975

Bob Gruen

Bob Gruen began making photos of Rock Stars thirty years ago and is one of the most well known and respected photographers in Rock'n Roll.

Jorgen Angel

Jorgen Angel entered the world of rock photography as a schoolboy & has been in the music industry from the late 60's up til the early 80's.

Jill Furmanovsky

Rockarchive founder, Jill Furmanovsky is a British photographer who has documented iconic rock musicians and bands from Pink Floyd to Oasis.

Mick Gold

Mick Gold was 18 when he was filled with an ambition to photograph rock music - he went on to shoot some of music's all time greats


Voir la vidéo: Led Zeppelin: Live on TV BYENDanmarks Radio Full Performance